Festival International de Hammamet

Actualités

Hommage à Naama au FIH55
Hommage à Naama au FIH55

Le public du Festival international de Hammamet, a eu la veille de la célébration de la 62è Fête de la République, le privilège de rencontrer l’une des plus grandes divas de la chanson Tunisienne, à savoir la chanteuse Naâma qui a témoigné encore une fois de la puissance et de la pureté de sa voix indémodable.

 

En effet, le retour sur scène de Naâma après une grande éclipse, fut en lui-même un évènement de taille. La chanteuse prodige, qui a vite été projeté au firmament des stars de la musique Tunisienne durant les années 70- 80, était entourée de ses compagnons de route et des artistes de nouvelle génération à l’instar de Soulef, Mohsen Raïes, Noureddine El Beji, Abdelwaheb Hannachi, Leïla Hjaïej, Nawal Ghachem, Aya Daghnouch,Rakia Nasr, Foued Ben Cheikh, Houssem Zaghdane, Sofiène Zaïdi et le talentueux violoniste Bechir Selmi.

L’historien de l’art, Abdessatar Amamou, en guise de maître de cérémonie est revenu sur le parcours de Mme Naâma depuis son départ de son village natal d'Azmour au Cap Bon jusqu’à son installation à la Médina de Tunis qui lui donna la chance de fréquenter la Rachidia. Il a aussi donné l’occasion au public de prendre connaissance de la genèse de certaines chansons avec de forts  témoignages de Naâma et des chanteurs présents.

Le concert retransmis en direct par la chaîne télé Al Wataniya I, a été assurée, côté musical par la Troupe Nationale de Musique dirigée par le Maestro Mohamed Lassoued, qui a été l’un des facteurs clé du succès de cette soirée.

Côté visuel, tout au long de la soirée, le concert a été accompagné par la projection sur écran géant, des clips de Naâma, tournées au début de sa carrière et tirées  des archives de la Télévision Nationale.

Aventurière à la voix haute bien frappée, entre force et fragilité, Naâma, qui s’est produite, le 24 juillet 2019 en exclusivité à Hammamet, a été adulée par le public. Ce fut un concert qui confirma ses talents d’artiste malgré une longue absence remarquée dans les festivals.  En effet, rien n'a réussi à affadir l'éclat de son sourire qui irradie toujours son visage, et sa prestation magistrale a révélé encore une fois cette énergie un brin angoissée, signe d’une grande sensibilité d’artiste. 

Au grand bonheur de ses fans, elle a interprété des œuvres créées pour elle par les plus grands paroliers et compositeurs tunisiens en l’occurrence de ses chansons culte comme « Houa Lasmar », « Om El Qad Touila », « Ya Zine Assahra », « Habibi ya ghali », « Toussamt fik el khir » et autres comme les duos « Finek ya Ghali », issues d’une discographie qui compte plus de 700 œuvres.

Ce répertoire revisité a déclenché auprès du public un grand degré de passion et d’adhésion. L’interprétation de ces chansons a démontré les prouesses vocales de l’artiste et sa parfaite maitrise de ses envolées lyriques. 

Indémodables, les chansons présentées au public, furent un moment de pur bonheur aux esprits nostalgiques.  Ce fut un concert musical frais, original et sans contrefaçon. 

Les spectateurs, venus nombreux, ont de ce fait repris en chœur presque la totalité des chansons et redemandaient à ne pas en finir, d’autres chansons célèbres.

L’aura de Naâma forçait aussi le respect d’un public  qu’elle a su non seulement combler mais aussi susciter en lui l’amour et la reconnaissance pour sa classe, sa modestie et la solidarité dont la chanteuse faisait preuve durant toute sa vie. 

De temps en temps, Naâma intervenait pour livrer quelques détails sur sa carrière et la naissance de certaines chansons interprétées dans différents contextes et concerts en Tunisie ou à l'étranger, et à interagir avec tous les chanteurs qui ont repris ses chansons et participé au succès de cette  performance.

Le concert, auquel, a assisté le ministre des Affaires culturelles, a aussi été marqué par un geste de fraternité artistique qui s’est illustré par la présence massive de ses amis artistes de divers horizons.

La diva a aussi profité de la présence des médias pour les appeler à soutenir la chanson tunisienne et à l’imposer sur la scène nationale et arabe. Elle a par ailleurs exprimé sa joie d’avoir rencontré le public après de longues années  assurant qu’elle se remémorera toujours de ces moments bonheur partagés avec lui ce soir.

Dans ce concert historique qui restera gravé à jamais dans l’histoire du festival, Naâma, qui cherche toujours à ce que son art reflète sa personne afin que son public se sente proche d’elle comme elle-même se sent proche de lui sur scène, a été simplement : sublime.  Il a emporté les spectateurs dans un voyage artistique de haute voltige, sui n’a pris fin qu’à une heure tardive, soit à 1h30 du matin.