Festival International de Hammamet

Actualités

«  We love the country »
«  We love the country »

 

Le Festival international de Hammamet célèbre la fête de la république, le 25 juillet avec le spectacle «  We love the country »  Nouhibbou Al Bilad de Mohamed Hedi Agrebi ave Raoudha Abdallah, Yasser Jeradi et Halim Yousfi Sous la direction du Maestro Hichem Amari

« Nouhibbou Al Bilad » est un voyage dans la diversité de la musique tunisienne d'aujourd'hui. Belle et plurielle. Un voyage qui exprime la joie d'un peuple, son espoir et sa peur de l'avenir. « Nouhibbou Al Bilad », une rencontre entre jeunes compositeurs-interprètes tunisiens qui n'arrêtent pas de surprendre le public et un orchestre moderne de standing international, dirigé par Hichem Amari, basé sur un quatuor à cordes et enrichi d'un combo. Une Alchimie dans l'orchestration assurée à travers de nouvelles écritures et de nouveaux arrangements.Mohamed Hedi Agrebi, Raoudha Abdallah, Yasser Jradi et Halim Yousfi chantent différemment mais ensemble, pour une même cause, l'amour du BLED, le BLED de l'amour. Le point d'orgue du spectacle, sa clôture: un hymne à l'amour «Nouhibbou Al Bilad» à l'unisson ! Tous ensemble nous chanterons Ouled Ahmed et nous invoquerons la Tunisie dont nous rêvons.

Les soirées se poursuivent au festival de Hammamet avec un trio de choc Omar Sosa, Seckou Keita et Gustavo Ovalles qui présentera « Transparent water » lors d’une soirée d’exception le 26 juillet. Quand le piano mystique du cubain Omar Sosa s'accorde avec la sublime kora de Seckou Keita on se laisse embarquer dans une expérience chamanique hors normes.

 Omar Sosa, le pianiste et compositeur cubain aux performances éclatantes tant en jazz qu'en musiques afro-cubaines ;Seckou Keita, le joueur sénégalais de kora et chanteur à la voix de tête puissante et mélodique ; Gustavo Ovalles, le génial complice percussionniste vénézuélien, fabuleux avec un bambou creux et invraisemblable avec des maracas, tous les trois ont cherché et trouvé des territoires sonores exaltants qui nous élèvent, convoquant une forme très nette de spiritualité.

Ces treize titres de leur album nous captivent, nous propulsent avec douceur dans une sérénité absolue, comme hypnotisé par le spectacle d’une cascade d’eau pure. Car leur spectacle « Transparent Water » est la rencontre aquatique et cristalline du mysticisme yoruba, de la douceur mandingue et du zen extrême-oriental.  Et nous délivre une musique apaisée, méditative, lyrique, enrobée d’effets électroniques discrets ; une musique mondialisée qui regarde vers les racines africaines, celles du jazz et de la culture cubaine.

L’aventure continue à Hammamet et les découvertes ne cessront pas de ci tôt…la soirée du 27 juillet sera en deux parties assurée par la nouvelle génération de la musique tunisienne faiche et alternative.

La première partie est réservée à Mina Nawa – Variations de Jihed Khemiri et Dali Chebil

Une création originale, telle une fusion de différents univers musicaux, surprenants dans leur genre et leur contemporanéité. Entre Le Malouf tunisien, la principale musique traditionnelle tunisienne et des modes musicaux qui viennent d'ailleurs, des réinterprétations nouvelles de chansons de ce vaste répertoire ainsi des réarrangements inédits avec pour seul instrument :un piano et la voix de Dali Chebil.  Un voyage dans le temps, l'histoire d'un répertoire émouvant et fondamental, et nos émotions pour seul guide, qui nous entrainent de titre en titre avec chaque découverte de la nouvelle version présentée. Une intemporalité revendiquée et un droit à une pérennité imposé en faisant honneur au patrimoine et aux différents genres musicaux d’actualité qui s’offrrent à la recherche.

La soirée se poursuivra avec « Helwess » de Nour Harkati Aytma…Auteur, compositeur, interprète né à Tunis et réside à New York, Nour Harkati est un troubadour des temps modernes, raconteur d’histoires et sculpteur d’émotions. Naviguant sans cesse entre le réel et le mystique. Portant une voix singulière, le tout dans une harmonie et  une sensibilité envoutante. Et c’est avec AYTMA, un collectif de musiciens qui ont fait le choix de travailler sur des projets artistiques avec différents artistes tunisiens et étrangers, que le projet HELWESS a vu le jour. L’idée est de mener un travail d’expérimentation musicale et de réaliser des compositions hors normes avec une sonorité exceptionnelle. Helwess est une critique de toute forme de déshumanisation en évoquant le manque de générosité et l’absence de sensibilité ressentie dans les relations sociales dans le monde. C’est la rencontre d’un artiste à la parole  acerbe avec un formation de musiciens hors pair :Hedi Fahem à la Guitare,  Youssef Soltana à la Batterie,  Selim Arjoun au Clavier et Marwen Soltana à la Basse.